Nous conversons avec Prof. Kakudji Yumba Pascal sur le texte

Alissa Jordan: Votre travail est tellement important pour ce sujet! Pouvez-vous expliquer comment et pourquoi vous êtes venu faire des recherches sur la détention à l’hôpital?

Prof. Kakudji: Bonjour Alissa, lors de mes mes enquête de terrain afin de récolter les données de recherche pour ma thèse en 2014 sur’ le droit des patients dans les établissements de santé de Lubumbashi”. J’avais rencontre’ les patients insolvables séquestrés. Car ils étaient incapables de payer le prix du jour. La majorité étaient des mamans et leurs enfants à la maternité. Certains mamans et leurs enfants avaient au moins deux ans de séquestration. Sur ce fait, j’avais magnifesté le voeux de faire un article sur la substantif ” séquestration”. Et en savoir un peu plus sur cette pratique prohibé!

Alissa Jordan: Merci beaucoup! Ma prochaine question porte sur l’histoire: Pourquoi est-il important de comprendre l’histoire des logiques juridiques et charnelles qui sous-tendent la pratique de la détention hospitalière?

Prof. Kakudji: En faisant l’empirie et les recherche s doctrinaires, il ressort que tout à commencer avec la conférence d’Alma ata de 1978 qui pronnait “la santé pour tous vers l’an 2000″. Ainsi, il s’est posé un problème quant à l’application stricte de ce principe avant avant même 2000 l’an. Ce difficultés concernés tant plus les pays en développement na ta ment, les pays du sud…

En effet, étant en difficulté, les quelques pays Africains convaqua une autre conférence appelée ” conférence de Bamako” en 1989″ dont le prescrit fut”pas d”argent pas de soins de santé de qualité”. Et, chaque Établissement de santé doit s”autofinancer à travers l”argent réaliser auprès des patients qu’ils soignent, et que chaque État doit subventionner ses établissements dans les limites de ces moyens!

Le constat est que aucun établissement de santé de 1er échelon doit référer les patients au deuxième échelon, parce que ces établissements de 1er échelon doivent s’autofinancer. Soit ils retiennent les patients en hospiation inapproprié en les dispensant les faux soins de santé. Soit ils les référent si tard et meurentt en cours de route, appellés “portés morts”. Lorsqu’ils parviennent au 2ème échelon, les patients retenus et dépuillés au 1er échelon pour les soins inappropriés pour permettre aux établissements de s’autofinancer, conséquence, ils sont devenus insolvables au 2ème échelon et sont sequestrés pour n’avoir pas payer le prix du jour!

C’est qui est une pratique contraire à la loi”contrat legem”, (Cfr. L’article 66 du Code pénal congolais qui dispose que” est punit de sevitude pénal, qui quonque aura détenu ou live la liberté d’aller et devenir de son propre gré). En séquestant les patients, les établissements de santé de Lubumbashi se rendent justice eux même à lieu et place de juridictions compténtes étais par L’État.Ainsi, étant bioéthicien, juriste nous lutton contre tous ceux détruit la vie injustement!

Alissa Jordan: Certainement, merci de partager ces informations importantes. Ma dernière question est: Pourriez-vous définir la concept de séquestration et décrire vos recherches sur le concept de manius iniecto?Pouvez-vous expliquer pourquoi ces concepts sont importants pour comprendre la détention à l’hôpital?

Prof. Kakudji: Le terme séquestration est utilisé lorsqu’on détient une personne et non une chose. Car français on retient une chose et on séquestre un personne. Ainsi, la séquestration s’indetifie à la pratique antique Romain, “la manus iniectio” qui était une procédure permettant au créancier de séquestrer le débiteur chez lui et de le regarder en chainé pendant 60 jours, période pendant laquelle le débiteur ou tiers pouvait envisager un moyen d’acquitter sa dette. Autrement dit, le débiteur était lié au créancier corps et bien, de site que, le débiteur pouvait, à l’échéance, s’amparer de son débiteur insolvable et le séquestre jusqu’au complet paiement de sa dette ou réputée payer par un membre de sa famille avant de réduire son esclage. La pratique précitée est Régulièrement pratiquée dans les établissements se santé de Lubumbashi, en particulier à l’hôpital général Jason Sendwe pour les mamans et leurs enfants à la maternité .Donc le terme séquestration traduit, convient et rend compte le fait étudié dans notre article” la séquestration des mamans insolvables et leurs enfants dans les maternité des établissements de santé de Lubumbashi : cas de l’hôpital général Jason Sendwe.